lecornetabouquins

La théorie Gaïa

 

La théorie Gaïa

 

Formulée par James Lovelock  (1)la théorie Gaïa selon laquelle la Terre serait une entité vivante et intelligente trouve, camouflée sous un discours crypté, son origine dans de nombreuses mythologies. Récemment l'écrivain Maxime Chattam  en a fait la trame d'un thriller promis à un beau succès . L'auteur jouit en effet de la faveur communautariste des médias suffisamment habiles pour persuader le lecteur que sa prose, comme celle d'un Marc Lévy ou d'un Bernard Werber est talentueuse.

 

Œuvre participant du genre policier et de la science-fiction, le livre éponyme de Chattam, « La théorie Gaïa », ne serait pas chiche de « sang, bidoche et tortures sadiques » de l'avis même de nombreux internautes qui auraient dévoré à belles dents ses 400 pages au rythme, paraît-il, « haletant ».

            80 ans avant ce petit maître du suspens un autre auteur, et non des moindres puisqu'il s'agit de Sir Arthur Conan Doyle, avait écrit une étonnante nouvelle annonçant l'irruption ou plus exactement l'éruption de cette vision nouvelle de notre planète et de notre environnement.

 

 « Quand la terre hurla », tel est son titre, met en scène l'irascible professeur Challenger, une sorte de Claude Allègre pourvu d'une barbe assyrienne, celui-là même qui parvint, avec ses compagnons, à s'échapper du « Monde perdu »  inspirateur de nombreux cinéastes friands d'animaux jurassiques.

 

George Edward Challenger s'est mis en tête de démontrer que notre planète est vivante et qu'elle est sensible à la douleur. Il imagine, esprit scientifique méthodique, de prouver la réalité de sa thèse en infligeant à Gaïa, au terme d'un forage atteignant les 13 000 mètres de profondeur  des souffrances pires que celles qui auraient pu exalter des cerveaux de thérapeutes nazis.  Sa réussite sera totale puisque les oreilles des spectateurs conviés à assister à l'expérience barbare vont s'emplir « du plus horrible hurlement qui eût jamais été entendu. Personne, parmi des centaines qui s'essayèrent à décrire ce cri, n'y réussit tout à fait. C'était un mugissement dans lequel la douleur, la colère, la menace et toute la majesté outragée de la nature se donnaient libre cours et se mêlaient dans un hurlement sinistre… »

(1) http://www.ecolo.org/lovelock/what_is_Gaia-fr.html  

… la suite vous intéresse : nous vendons les XX volumes des œuvres de Conan Doyle publiées en 1968 aux  Éditions Rencontre. 220 € .



26/09/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres