lecornetabouquins

ELOGE DE LA MEDIOCRATIE BOURGEOISE

Le Périgord des nobles bourgeois au XVIIIème siècle

 

ELOGE DE LA MEDIOCRATIE BOURGEOISE

 

 

     En 1989 Gontran du Mas des Bourboux soutenait en Sorbonne, face à un jury présidé par Yves-Marie Bercé devenu depuis Directeur de l'Ecole des Chartes, une thèse de doctorat traitant des nobles citoyens de Périgueux au XVIIIème siècle. 

    14 ans plus tard, dans le courant du second semestre 2003, ce travail de recherche, complété d'un index et surtout d'un catalogue inédit des membres connus ou clairement identifiés de cette caste, vient d'être publié aux éditions Pilote 24 sous un titre remanié

 le Périgord des nobles bourgeois du XVIIIème siècle. 

 

     Au fil des 462 pages du livre, l'auteur, qui évolue comme un poisson dans l'eau, au milieu du maquis touffu et opaque des spécificités juridiques attachées aux droits féodaux, s'emploie à rendre compréhensible un statut dont la dénomination même s'accorde mal avec les acceptions terminologiques contemporaines. Contrairement, en effet, aux expressions de Tiers état et de Noblesse, le terme de Bourgeois n'était pas employé pour désigner l'état d'une personne. Il définissait plutôt l'habitant privilégié d'une ville jouissant d'avantages exorbitants aux premiers rangs desquels l'affranchissement des droits de francs fiefs, l'exemption de toutes tailles, du ban et de l'arrière ban et, cerise sur le gâteau, ayant l'autorisation de singer les nobliaux locaux en portant l'épée ou en affichant ostensiblement des armoiries de fortune !

    Si les acteurs du Front Populaire vilipendaient, naguère, les Deux cents familles qui avaient alors fait main basse sur la France, la population périgourdine avait certainement quelques raisons, à la veille de la révolution, de vouer aux gémonies les 481 familles de nobles bourgeois qui détenaient le pouvoir dans  l'ancien Puy Saint-Front. Outre le peu d'intérêt que cette classe, aussi nombreuse numériquement que la noblesse, portait à la chose publique et à la vie de la cité, elle ne fut jamais, comme à Bordeaux par exemple, le moteur d'un quelconque renouveau économique pas plus qu'elle ne stimula intra ou extra muros,  la création intellectuelle, scientifique ou artistique.

     Dans le Périgueux de cette époque, les entrepreneurs et les négociants ne tiennent pas le haut du pavé accaparé par les détenteurs de charges honorifiques liées au service du Roi, par les représentants des métiers du droit et surtout par les rentiers. Pas étonnant qu'avec une telle composition socioprofessionnelle l'élite dirigeante n'ait su sortir la localité de son marasme et de sa stagnation !

       A l'occasion de l'interminable procès dit des « Francs fiefs » par lequel le fisc tentait depuis 1738 d'abolir l'exemption du paiement d'impôt sur le patrimoine foncier détenu par les bourgeois périgourdins, Latapie, inspecteur des arts et manufactures de Guyenne, dénonçait les prétentions et la morgue de ces nobles citoyens.

      Je pense très fort, comme beaucoup de gens raisonnables à Périgueux, que ce serait un malheur pour le Périgord et pour sa capitale que la ville de Périgueux obtînt la confirmation de ses privilèges, qui sont véritablement uniques et sans exemple en France. Dès lors, tout homme qui aurait acquis quelque bien acquerrait pour lui ou ses enfants la bourgeoisie, c'est à dire la noblesse. Ce nouveau noble dédaignerait de travailler et mépriserait ceux qui travaillent. Cette fourmilière d'hommes aussi inutiles que superbes amènerait la destruction totale de l'agriculture, du commerce, des arts, et Messieurs de Périgueux finiraient par mourir de faim sur leurs fumiers. 

     Le 4 août mettra temporairement un point final à ces privilèges ; mais le pli étant pris, sitôt passée la tourmente révolutionnaire,  nous retrouvons la plupart des familles nobles ou notables de l'ancienne bourgeoisie solidement implantées à Périgueux et dans la région… En fait, d'un point de vue social, il apparaît aujourd'hui que la véritable cassure dans ce centre du Périgord n'apparaît pas sous la révolution ni au second Empire mais bien au tournant des XIXème et XX ème siècles avec la crise de l'économie agricole qui entraîna le déclin de la bourgeoisie rurale  conclut prématurément l'auteur…ce qui lui évite de désigner ses actuels successeurs …les hobereaux populistes de la politique !

  

     En élargissant, un peu abusivement sans doute, à l'ensemble du territoire départemental une spécificité statutaire Périgourdine qui ne fut guère copiée qu'à Bergerac, Excideuil, Mussidan,  Lanquais ou Domme, villes ou bourgades non étudiées ici, l'éditeur Jacques Lagrange tente d'assurer une meilleure diffusion de l'ouvrage qui, avouons-le d'emblée, paraît plus destiné au lectorat averti des cénacles d'historiens qu'au grand public !

      On regrettera, la faiblesse des chapitres consacrés aux pratiques culturelles des bourgeois périgourdins du XVIIIème siècle ; les descriptifs de leur cadre de vie privé auraient également gagné à être plus fouillés et on s'étonne que, de la maison de maître au château en passant par la chartreuse et la gentilhommière, Gontran du Mas des Bourboux ne nous ait pas invités à découvrir plus en profondeur leurs demeures campagnardes de même que leurs hôtels  bâtis à l'ombre du clocher de Saint Front !

 

Ch.C.

    

Gontran du Mas des Bourboux « Le Périgord des nobles bourgeois du XVIIIème siècle »

In 8 broché 462 pp. nombreuses illustrations, cartes, graphiques et tableaux in et hors texte

Pilote 24  deuxième semestre 2003 Prix 22 euros

 



17/12/2006
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres