lecornetabouquins

AU PAYS DES MOTS DE TERROIR

UN VOYAGE AU PAYS DES MOTS DE TERROIR

 

En 1993, en une dizaine de pages regroupées dans la rubrique « Noms de lieux et de personnes » du remarquable ouvrage collectif  « Dordogne Périgord » publié par les éditions Bonneton, Jean Roux initiait de manière savante et captivante son lecteur à la toponymie  et l'anthroponymie locales. Quelques années plus tard le « dictionnaire des noms de lieux du Périgord » de Chantal Tanet et Tristan Hordé, très vite épuisé dès 1998 puis récemment réédité chez Fanlac il y a presque trois ans, venait à son tour combler un manque criant d'information sur le sujet. Mais ces auteurs, soit par obligation, pour le premier d'entre eux, de produire une  trop courte synthèse didactique, soit par leur volonté de privilégier, pour les suivants, une approche plus marchande et commerciale du thème en ne retenant pour cadre de leur travail que l'étude surtout historique de l'origine des noms de villes, bourgs et villages, n'avaient su totalement satisfaire le chercheur plus exigeant.

Le livre de Bénédicte et Jean-jacques Fénié,  publié ce printemps 2003, aux éditions Sud-Ouest, répond de façon claire et directe à toutes les interrogations sur la formation des noms de personnes, des oronymes, des hydronymes, des odonymes ou des hagiotoponymes des quinze départements français de la zone nord-occitane qui regroupe, suivant le découpage retenu, le Périgord, le Limousin, l'Auvergne, le Vivarais et le Dauphiné. En 125 pages , l'ouvrage qui n'est pas sans rappeler, par le format, la pertinence et la richesse du texte, les meilleurs titres de la célèbre collection « Que sais-je ? », remet au jour, page après page, sous leur emballage souvent altéré par des cacographies vieilles de plusieurs siècles parfois, la source prélatine, latine, romane, germanique ou dialectale occitane du mot analysé. Ce titre de la collection Sud-Ouest Université est d'une lecture passionnante. Elle est utilement épaulée par un glossaire suffisant et agréablement servie par un index autorisant un papillonnage sélectif et pouvant à lui seul servir de table des matières. 8 cartes ainsi qu'une bibliographie étoffée en font un outil complet pour qui veut se lancer dans cette quête étymologique particulière.

 

Ah tiens ! si on allait voir du coté de Chaumette, le patronyme de notre directeur de la publication et du bon abbé Gabriel, curé doyen de Montagrier, dont le présent numéro trace le portrait ; Chaumette, nous apprennent Bénédicte et Jean-Jacques Fénié à pour origine « un mot pré-celtique calmis, plateau escarpé et dénudé passé ensuite en occitan calm, cauma  ou chalma… il en existe bien sûr de nombreux dérivés comme les Lachau, La Chaud, et Chaumette. » Justement l'abbé Chaumette s'est aventuré à maintes reprises sur un de ces plateaux escarpé et dénudé du pays Paussacois, où il a découvert des silos et des sarcophages rupestres, non loin du village de carriers du Vieux Breuil qui sera présenté dans notre prochaine livraison d'octobre. Le lieu est connu sous l'appellation « Les plaines de Puychaud ».C'est peut- être un exemple d'une tautologie oronymique associant deux termes désignant chacun un relief semblable ; à moins que, comme dans le toponyme Boschaud à Villars (Bosco cavo - Le Bois Creux) on soit en présence d'un composé dont le suffixe rappelle l'existence en ce lieu d'anciennes fosses d'extraction du matériau calcaire. Mais pour trancher encore faudrait-il connaître la graphie originelle du nom ainsi que nous incitent  à la découvrir en toute modestie et respect de leur discipline les auteurs.

 

 

 

Avec « Toponymie nord-occitane » et le concours de quelques 25.000ème topographiques bleues de l'I.G.N. partez en voyage et en exploration au pays des mots de terroir !

 

Christian-Alain Carcauzon.

 

 



17/12/2006
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres