lecornetabouquins

Sur "Les décombres"

Sur « Les décombres » poussent des orties, bénéfiques plantes rudérales !

Cinéphile et musicologue talentueux, Lucien Rebatet  connaît toujours la faveur des bibliophiles… et mieux encore celle des lecteurs : Ses  « Tribus du cinéma et du théâtre » (Nouvelles éditions Françaises 1941 ) et son « Histoire de la Musique » (Robert Laffont 1969) qui fait toujours autorité, figurent encore en bonne place au catalogue des libraires et des bouquinistes. C' est cependant un livre, beaucoup plus controversé, « Les Décombres  »  qui aura conféré à cet auteur une gloire comparable à celle qui auréola le  Céline du « Voyage au bout de la nuit ». (1)

Ce texte publié en 1942 par Denoël, assassiné 3 ans plus tard dans des conditions obscures, (2) retrouve aujourd'hui une étonnante pertinence face , à la crise financière et économique mondiale … entretenue, comme hier, par une crasse caste politique au service exclusif des intérêts de la ploutocratie cosmopolite.

Dans Je suis partout du 4 septembre 1942, Robert Brasillach s'enthousiasmait à juste titre à propos de l'ouvrage de Lucien Rebatet: « … extraordinaire épopée de la déroute et de la reconstruction possible, le plus prodigieux succès de librairie que l'on ait vu depuis le premier livre de Céline, qui était un roman. Je n'ai point à revenir ici sur les qualités littéraires exceptionnelles de cette somme vivante et féroce, que l'on salue partout comme une découverte capitale. »

« Les décombres » que certains réduisent hâtivement à un pamphlet antisémite et national-socialiste, occultant ainsi le fantastique témoignage politique et historique (3) qu'il constitue a bénéficié sous l'occupation, de plusieurs tirages successifs. Officiellement plus de 65 000 exemplaires auraient été vendus à l'époque mais il y a tout lieu de croire que ce chiffre n'est pas conforme à la réalité puisque 200 000 commandes supplémentaires auraient été formulées, paraît-il infructueusement, à Denoël qui n'aurait pu y répondre, a -t-il prétendu, faute de papier. 

Condamné à mort en 1946 Rebatet échappera in extremis, comme P.A Cousteau, le frère aîné du célèbre Commandant, son patron à « Je suis partout », remarquable hebdomadaire antiparlementaire, anti-démocrate, nationaliste et convaincu de la « décadence » de la France, au peloton d'exécution. Élargi en 1952 il poursuivra jusqu'à sa disparition son activité d'homme de lettres en dépit de l'ostracisme qui le frappait.

En 1976, 4 ans après le décès de l'auteur,  Jean-Jacques Pauvert proposera une nouvelle édition du livre, titré « Mémoires d'un fasciste » augmenté d'un tome 2 couvrant la période 1941-1947 publié à titre posthume. « Les décombres » subiront à cette occasion un élagage sévère d'au moins 127 pages dont la responsabilité mal établie reste sujette à polémiques.

Notre Librairie a détenu fugacement, en fonction de demandes pressantes qui nous les ont vite arraché, plusieurs exemplaires des décombres parus chez Denoël comme chez Pauvert : nous en avons déniché, voilà peu de temps, un nouveau faisant partie de l'édition originale de 1942. Ce fort in 12 de 669 pages à demi-reliure (4) et au premier plat de couverture conservé est « truffé » de 3 coupures de presse extraites du quotidien le Figaro des 24-25/11/1946 et du 23 juillet 1976. Les 2 premières , signées d'un certain  P.S. , relatent les péripéties du procès Rebatet Cousteau la dernière est l'œuvre de l'Académicien Français Thierry-Maulnier qui s'interroge « à propos d'une réédition contestée » celle de Pauvert, «  Faut-il brûler « Les décombres » ?

La question, manifestement, n'est plus dorénavant de mise même si les amis de l'auteur, en d'autres temps, prisaient beaucoup le recours aux autodafés pour assainir certaines productions éditoriales dont ils prenaient ombrage !

Le lecteur périgourdin que nous croisons parfois au hasard des vide-greniers où s'exerce notre coupable commerce, puisque les salons du livre nous sont, par leur coût insensé et prohibitif, interdits, appréciera sans doute le chapitre XXIII intitulé « Les armées de Dordogne » (pp 449 à 469). On y découvre qu'avant de se forger une réputation (usurpée certainement) de vaillants résistants «  les autochtones… avaient trop à faire à garer jalousement leurs denrées les plus précieuses, et à tondre au plus près, en vendant le reste, ce flot miraculeux de clients kaki » d'une armée de la République en déroute !

 

Les décombres Denoël 1942 In 12 demi-reliure  669 pp Bon état.  70 €

 

Ch. C le 07/11/2011

 

 

(1)                Au catalogue des Editions de La Reconquête figurent de nombreux ouvrages mis à l'index de Céline comme de Rebatet

(2)                L'enquête ne put aboutir à l'arrestation du ou des coupable. Parmi les hypothèses retenues le meurtre crapuleux , les rivalités financières et professionnelles voire même un acte d'épuration expéditive Denoël  étant l'éditeur à succès de Céline et de Rebatet

(3)                La dénonciation de la ploutocratie cosmopolite, la peinture au couteau des mœurs et des appareils politiques, les portraits sans complaisance des gouvernements d'une 3ème  ,minée par la corruption et les scandales, comme de ses opposants, Maurras et son Action Française, en tête, l'évocation des milieux  intellectuels et journalistiques d'alors et de leurs emballements respectifs pour de nouvelles idéologies totalitaires, Fascisme et Communisme, la révélation du stupéfiant état de décomposition de l'armée… servies par une plume acérée assurent à l'œuvre de Rebatet une place enviable au Panthéon de la littérature engagée .

(4)                Que le lecteur, notre client potentiel, se rassure la Demi-reliure n'est pas une reliure à moitié achevée mais une reliure dans laquelle le dos et une partie seulement des plats sont en peau ou en toile (le reste étant de papier encollé), par opposition à « reliure pleine ».

 

« Soixante-dix ans plus tard, les décombres se sont amoncelés au-delà de toute mesure assure René-Louis BERCLAZ . Aujourd'hui, à nouveau, la coupe est pleine ; trop sollicités, trop chargés d'infamies, de mensonges et d'insanités, le contenant et son contenu sombrent d'eux-mêmes sous le seul poids, non plus seulement de décombres, mais d'une fange immonde qui se répand partout et à la vue de tous… »


Demain onze novembre on célèbre un armistice... signé 4 ans trop tard ! Le simple devoir de mémoire devrait nous pousser à remettre nos pendules à l'heure !


« Je ne connaissais que trop bien l’histoire de la dernière guerre, les généraux suffisants ou affolés, fossiles ou brouillons, aussi dépourvus d’idées que de caractère , de bronze pour les préjugés, la routine, les pétarades, de cire devant les politiciens ; les états majors apprenant laborieusement des Allemands à se battre, toujours devancés par eux, les ignominies du grignotage, de l’Artois, des Vosges, de la Champagne, de 1917, entreprises pour user l’ennemi et saignant à blanc le pays pour quarante années ; les robustes sexagénaires à trois ou cinq étoiles, œil d’acier, moustache impérative, convictions catholiques, planqués à dix kilomètres des barbelés, expédiant de là par téléphone leurs divisions au massacre ; les beaux adolescents, les jeunes maris, les pères, les petits conscrits paysans gourds et candides, les grands vignerons gaulois aux longues bacchantes, aux poitrines profondes et moussues, les poètes, les Bretons résignés, les méridionaux joyeux, les marocains nobles et graves, les Bambaras aux rires d’enfants, tous devenus des cadavres tordus, éventrés, arrachés, écartelés, émasculés, broyés en bouillie, desséchés et recroquevillés dans les ferrailles, pétrifiés dans la fange, pour rien, dix fois, cent fois pour rien, parce que quelques vieux hommes qui tenaient dans leurs mains leur mort et leur vie manquaient d’imagination et ne savaient pas leur métier. »

 

Lucien Rebatet « Les décombres » Denoël 1942






07/11/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour