lecornetabouquins

Harlequinade

 Harlequinade

 

Opérant en service commandé, comment pourrait-il en être autrement, une certaine Emilie Grangeray, publi-reportère au journal « Le Monde » nous présente ce jour, 24 septembre 2009, avec force superlatifs le dernier livre  de David Foenkinos,  écrivain à la mode (l'inénarrable Marc Lévy en est un autre) chez les ménagères pré et post ménopausées. Le titre de cet ouvrage « La délicatesse » laisse transparaître la singulière atonie d'une oeuvrette à l'eau de rose contant les émois amoureux d'une midinette qu'un sort bienveillant a plongé dans un opportun veuvage! On peut gager que cette création qualifiée de littéraire saura séduire, un jour, la « réalisatrice » Zabou Breitman par exemple qui la transformera en un énième navet cinématographique financé par le CNC dans le cadre de ce merveilleux dispositif baptisé « avance sur recettes » lesquelles, et pour cause, ne retournent jamais, tant les films tournés par la plupart des cinéastes qui bénéficient du dispositif sont indigents, dans les poches du mécène institutionnel !

 

D'après notre ami(e)  Paul Mercusot  qui l'a étroitement coudoyé durant les derniers mois de son séjour terrestre (et nonobstant bourdeillais) l'écrivain Vladimir Wolkoff, père de Langelot et signataire d'une foultitude de romans parmi lesquels « Le retournement » lui valu une notoriété internationale, pigeait aussi pour « Harlequin » fameuse collection de bouquins sentimentaux destinés aux adolescentes écervelées, aux épouses  en mal d'âme soeur et au lectorat des maisons de retraite. Heureusement, si les productions de ce gros calibre , remplirent la bourse de l'auteur elles n'affectèrent jamais en revanche, que le budget de l'éditeur et le porte-monnaie du chaland !

 

Ce russe blanc qui pouvait prétendre à un fauteuil d'Académicien français, se serait-il autorisé à commencer ainsi un roman ?: « Nathalie était plutôt discrète (une sorte de féminité suisse). Elle avait traversé l'adolescence sans heurt, respectant les passages piétons. (...) Mais elle ne ressentait aucune nostalgie, jamais. Ce qui était assez rare pour une Nathalie. »

David Foenkinos, s'est, lui accordé cette licence…  et semble donc mûr pour faire, à son tour, une belle carrière dans les troupes de Stéphane Aznar, le Directeur Général des Editions Harlequin

Ch.C le 24/09/2009

 



12/10/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour